Pourquoi plus d’un tiers des Français est régulièrement à découvert ? | www.cnews.fr

92.000, c’est le nombre de dossiers de surendettement qui ont été déposés à la Banque de France au cours de l’année 2018. 92.000 Français ont demandé le rééchelonnement ou l’effacement de leurs dettes car leur situation ne leur permettait plus de faire face à leur remboursement. Publi-rédactionnel C’est 30% de moins qu’il y a quatre ans. Le surendettement recule, mais la situation est toujours aussi tendue puisqu’un tiers des Français est régulièrement à découvert, selon une étude réalisée par Cbanque.

Source : Pourquoi plus d’un tiers des Français est régulièrement à découvert ? | www.cnews.fr

Difficultés budgétaires: 150 “Points conseil budget” en 2019 – Boursorama

Le gouvernement a annoncé lundi le déploiement de 150 “Points conseil budget” cette année, destinés à accueillir les personnes qui rencontrent des difficultés budgétaires et à prévenir le surendettement. Les Points conseil budget, prévus depuis 2013 dans le Plan pauvreté, et expérimentés depuis 2016 dans quatre régions (Hauts-de-France, Ile-de-France, Grand Est et Occitanie) interviennent en amont de la commission de surendettement

Source : Difficultés budgétaires: 150 “Points conseil budget” en 2019 – Boursorama

Les chiffres du surendettement en France

Les chiffres de la Banque de France montrent un recul du surendettement en France en 2018.

Selon des chiffres publiés par la Banque de France, en 2018, 162 936 situations ont été soumises aux secrétariats des commissions de surendettement de France métropolitaine. Et 147 853 d’entre elles, soit 90,70 %, ont été jugés recevables. Ces secrétariats sont des instances administratives collégiales qui apportent, sous le contrôle d’un juge, des solutions aux difficultés financières auxquelles sont confrontés certains particuliers.

Source : A la Une | Les chiffres du surendettement en France

Surendettement en Seine-et-Marne : les prêts immobiliers en cause

Suite à la commission plénière de surendettement organisée dernièrement, la préfète, Béatrice Abollivier, et le directeur départemental de la Banque de France, Jean-Benoît Dubois, ont présenté les chiffres-clés pour la Seine-et-Marne.

En 2018, la commission a reçu 2 967 dossiers, contre 3 312 en 2017, soit une baisse 10, 4 % (cette baisse est de – 7,6 % en Île-de-France).

La Seine-et-Marne compte 27,1 dossiers pour 10 000 habitants (âgés de plus de 15 ans) et représente 13,3 % des dossiers déposés en Île-de-France. « Nous sommes plus proches du plan national que le reste de l’Île-de-France », commente Béatrice Abollivier.

La Seine-et-Marne se distingue surtout par la difficulté qu’ont ses habitants à rembourser des prêts immobiliers. « C’est lié à la taille du département, les gens achètent une maison mais n’ont pas toujours les capacités de remboursement », explique la préfète.

Ainsi, les crédits à la consommation représentent 32,2 % de l’endettement, contre 45,9 % pour les encours immobiliers. Et l’on retrouve ce type d’endettement dans 19,6 % des dossiers (contre 20,4 % en 2017), contre 11,1 % au niveau régional. « Ce sont les cantons de la façade Est qui sont les plus touchés », précise Jean-Benoît Dubois, qui cite Provins, Montereau, et Nemours.

Certains habitants du département ayant également besoin de recourir à des prêts pour acheter des véhicules, « leur budget est très tendu et le moindre accident de la vie les amène à se retrouver en difficulté ».

Enfin, l’endettement médian atteint 25 756 euros par dossier, contre 23 343 euros au plan régional.

Source : Le Moniteur de Seine-et-Marne


Nous utilisons des cookies pour mesurer des statistiques de visites et vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation, vous acceptez nos CGU et le dépôt de cookies qui permettront : la personnalisation des contenus, le partage sur les réseaux sociaux, la mesure d’audience et le ciblage des publicités.

Pin It on Pinterest