Gérer son budget au quotidien est une nécessité, surtout lorsque l’on a contracté des crédits, et que l’on ne souhaite pas se retrouver en situation de surendettement si les revenus venaient à faire défaut. Il existe tout un tas de méthodes différentes pour gérer son budget, mais peu d’entre elles sont aussi simples que la méthode 50/30/20.

Comment fonctionne la méthode 50/30/20 ?

Vous trouvez qu’il est trop compliqué ou trop long d’établir un budget détaillé ? Ou vous ne savez pas comment faire ? Deux Américaines ont développé une méthode facile et pratique quels que soient vos revenus : la méthode 50/30/20.

C’est une professeur en droit d’Harvard, Elizabeth Warren, nommée par le Time magazine comme l’une des 100 personnes les plus influentes au monde, qui a inventé avec sa fille la méthode 50/30/20 pour gérer ses dépenses et son épargne.

L’idée derrière cette méthode est de distribuer un certain pourcentage de ses revenus dans 3 grandes catégories de dépenses. Cette méthode budgétaire peut tout particulièrement aider lorsque l’on veut gérer son budget sur la base d’un revenu variable. Chaque catégorie de la méthode 50/30/20 correspond à un poste budgétaire :

  • 50 % sont pour dépenses essentielles
  • 30 % sont pour les dépenses courantes
  • 20 % restants pour les priorités financières

L’avantage de cette méthode de gestion des finances personnelles, repose sur sa simplicité : plus besoin de ventiler son budget en dizaines de catégories et sous-catégories différentes.  Gérer son budget est tout de suite plus facile, et cette méthode sait en outre se montrer un bon guide : vous envisagez de déménager ? Vous saurez quel loyer vous pouvez vous permettre suivant vos revenus…

Cette méthode est aussi adaptable : ainsi, si vous n’avez plus de revenus et que vous touchez le RSA, il sera difficile de maintenir ce ratio de 50/30/20. Il sera alors nécessaire d’adapter votre situation financière aux objectifs de la méthode, en modifiant le ration de base en 75/20/5 par exemple. Même si 5 % sont minimes, allouez systématiquement une partie de vos ressources à vos priorités financières.

A l’inverse, si vous avez un revenu confortable et avez des frais fixes moindres (par exemple, vous êtes propriétaire sans crédit immobilier en cours), ne cherchez pas à atteindre systématiquement 50 % en dépenses essentielles, mais allouez plus de ressources aux priorités financières ou aux dépenses courantes.

Vous l’avez compris, cette méthode budgétaire aide à garder ses priorités à l’esprit, tout en se montrant souple dans son utilisationIl est important de bien comprendre chacune de ces 3 catégories lorsqu’on veut gérer son budget avec cette méthode. gérer son budget Alors, comment fonctionne-t’elle ? Elle se compose de 4 étapes :

Première étape : calculez votre revenu

L’étape la plus simple : additionnez toutes les ressources qui tombent chaque mois sur votre compte bancaire et qui constituent votre revenu mensuel (INSEE : ressources des ménages:

  • salaires nets
  • bénéfices (activité non salariée)
  • revenus de la propriété (loyers, intérêts, dividendes, revenus fonciers…)
  • aides, prestations sociales
  • retraites, rentes, pensions
  • etc.

Deuxième étape : 50 % pour vos dépenses essentielles

Cette catégorie couvre toute dépense prévisible et obligatoire absolument essentielle pour maintenir votre bien-être de base :

  • logement (loyer, charges, prêt immobilier)
  • impôts (impôts sur le revenu, taxe foncière, taxe habitation)
  • crédits en cours (crédit auto, consommation, immobiliers…)
  • pension
  • frais de transport (abonnement transports en commun, essence)
  • dépenses d’énergie (électricité, gaz, eau, bois/granulés)
  • dépenses alimentaires (mais pas de repas à l’extérieur)
  • assurances (automobile, habitation, santé, scolaire…)
  • téléphone et Internet
  • autres prélèvements obligatoires (pas les abonnements « loisir » comme la cotisation au club de sport)
  • etc.

La règle est de bien faire la distinction entre les dépenses qui sont des « besoins » de celles qui sont des « désirs ». Pour savoir si une dépense est nécessaire ou non, il faut se demander si elle peut être reportée de quelques semaines : une dépense qui peut être annulée, déplacée ou reportée sans conséquences majeures n’est pas considérée comme un besoin.

Une sortie au restaurant ou le dernier smartphone à la mode peuvent attendre. Par contre, les frais de garde d’enfants entreront dans la catégorie des dépenses essentielles. Cette distinction entre ce qui est essentiel et ce qui ne l’est pas, est primordiale.

C’est cela qui va faire que gérer son budget selon cette méthode va fonctionner ou non. Si acheter du pain, des pâtes ou des légumes sont essentiels ; l’alcool, des biscuits ou des chips, non. Un forfait téléphonique à 9 € oui, à 49 € non. S’abonner à Netflix si vous avez une TV n’est pas essentiel, alors que si vous n’en avez pas (et du coup, pas de redevance TV à payer non plus), Netflix présente un certain attrait…

Si vos revenus se montent à 2000 € par mois et que votre loyer seul est de 1000 € (auquel il faudra rajouter vos autres dépenses essentielles), vous vivez au dessus de vos moyens. Vous augmentez le risque de rentrer dans la spirale infernale du surendettement, via des crédits à la consommation contractés pour maintenir votre train de vie à flot.

N’oubliez-pas, l’ensemble des dépenses essentielles ne doit pas dépasser 50 % de votre revenu mensuel, si c’est bien le cas, alors gérer son budget sera un jeu d’enfant sur cette base. Et puisque que l’on y est, vous pouvez en profiter pour calculer votre taux d’endettement : c’est le total de vos charges fixes, crédits + loyer si vous êtes locataire, divisé par vos revenus.

Théoriquement, vous ne devriez pas dépasser 33 %. (Plus d’infos : ooreka – Le taux d’endettement)

Troisième étape : 30 % pour les dépenses courantes

Cette catégorie regroupe les dépenses qui changent d’un mois à l’autre. Elle est tout aussi importante pour notre santé financière globale que pour les deux autres. Dans cette catégorie, entre globalement toutes les choses qui rendent votre vie quotidienne plus agréable sans être un besoin, du loisir à l’achat d’impulsion :

  • repas à l’extérieur
  • café ou boissons entre amis
  • divertissements (cinéma, concerts, sorties…)
  • décoration de la maison, ameublement
  • abonnement au club de sport
  • vêtements, chaussures
  • vacances
  • etc.

En consacrant 30% de votre revenu net à cette catégorie, vous éliminez l’évaporation des fonds qui se produit lorsque vous dépensez de l’argent de façon inconsidérée. L’avantage principal est que vous avez une vision exacte du montant d’argent que vous pouvez utiliser chaque mois, ce qui évite les dépenses que vous regretteriez plus tard.

Quatrième étape : 20 % pour les priorités financières

Dans l’idéal, vos priorités financières constituent des objectifs financiers qu’il est important de planifier. Cette catégorie comprend l’argent que vous mettez de côté pour :

  • faire face à des situations d’urgence (épargne de précaution)
  • planifier votre retraite
  • rembourser vos dettes éventuelles (mais pas les crédits qui sont des dépenses essentielles)
  • investir ou vous former pour améliorer vos compétences et entretenir votre employabilité
  • etc.

Cependant, si votre endettement cumulé (dettes + crédits) rend difficile la couverture de vos dépenses de base, vous devrez peut-être ajuster ce pourcentage à la baisse jusqu’à ce que vous maîtrisiez votre situation.Mais quoi qu’il en soit, allouez toujours un minimum de 5 % à cette catégorie.

Concernant votre épargne de précaution, l’objectif à terme est de toujours avoir un montant correspondant à 2 ou 3 mois de dépenses essentielles. Cela vous donnera un sentiment de sécurité et sera une vraie bulle d’oxygène en cas d’urgence. repartition depenses gérer son budget

Vous le voyez, gérer son budget n’est pas si compliqué !

Si vos ratios ressemblent plutôt à du 75/20/5, gardez la formule du 50/30/20 en tête et faites-en un objectif à atteindre progressivement. Si vous avez un endettement important, vous devrez ajuster les montants alloués dans chaque catégorie jusqu’à ce que vous maîtrisez la situation.

Prenez le temps de regarder toutes vos factures pour voir les dépenses que vous pourriez réduire, et pour faire des économies, n’hésitez-pas à mettre en concurrence :

  • vos assurances
  • votre banque (pensez aux banques en ligne bien moins chères)
  • vos forfaits téléphonique
  • vos fournisseurs d’énergie
  • etc.

Sans compter que le fait d’analyser ses dépenses va également permettre de distinguer celles qui nous font vraiment du bien de celles qui coûtent cher mais rapportent peu de plaisir. Gérer son budget exige des efforts, mais cela peut vous aider à soulager le stress financier et faciliter la gestion quotidienne de votre argent.

La méthode 50/30/20 offre l’avantage de démystifier et de simplifier le processus budgétaire. Vous ne vous retrouvez plus confronté à des feuilles et tableaux Excel compliqués, des graphiques à foison et un nombre sans cesse croissant de postes de dépenses.

Trois catégories de dépenses et un pourcentage maximal par catégorie : cette formule est accessible à tous, quel que soit de votre revenu. Alors, qu’attendez-vous pour essayer ?

Pin It on Pinterest

Share This